Accompagnement individuel 

Parler et agir avec justesse

En prenant appui sur votre intériorité

Pour préparer une prise de parole importante (conférence, TED, animation)

Pour préparer un changement de vie,

Pour trouver le calme dans la tempête et sa boussole dans le désert

En puisant dans cette source vivante en vous : 

Racontez qui vous êtes et … vous le deviendrez

Racontez vos rêves et … vous créerez demain 

Racontez vos désirs et ... vous les verrez prendre forme

Ecoutez et racontez : le bruit du conformisme et de l'extérieur s'éloigne et c'est la joie d'entendre votre musique intérieure, singulière et unique.

Nous plongeons sous les apparences et les carcans et nous rejoignons le fil solide de votre singularité, de votre source dans laquelle puiser pour agir avec justesse et parler en étant écouté.

Illustration de Ivan Bilibine : Vassilissa sort de chez Baba Yaga 

Vassilissa-Bilibine.jpg
 
20258068_1544530025599089_17904425793005

"Quand je demande à ceux que je rencontre ...

« Quand je demande à ceux que je rencontre de me parler d’eux-mêmes, je suis souvent attristée par la pauvreté de ma moisson. On me répond : je suis médecin, je suis comptable… j’ajoute doucement : vous me comprenez mal. Je ne veux pas savoir quel rôle vous est confié cette saison au théâtre mais qui vous êtes, ce qui vous habite, vous réjouit, vous saisit ? Beaucoup persistent à ne pas comprendre, habitués qu’ils sont à ne pas attribuer d’importance à la vie qui bouge doucement en eux. On me dit : « je suis médecin ou comptable mais rarement : ce matin, quand j’allais pour écarter le rideau, je n’ai plus reconnu ma main… ou encore : je suis redescendue tout à l’heure reprendre dans la poubelle les vieilles pantoufles que j’avais jetées la veille; je crois que je les aime encore… ou je ne sais quoi de saugrenu, d’insensé, de vrai, de chaud comme un pain chaud que les enfants rapportent en courant du boulanger. Qui sait encore que la vie est une petite musique imperceptible qui va casser, se lasser, cesser si on ne se penche pas vers elle ? »


Christiane Singer, Les Sept Nuits de la reine, p.12-13